Chaumier Île-de-France

Spécialiste couverture chaume en région parisienne
Besoin d'un chaumier ?
Du conseil d'un professionnel ?
06 22 72 86 52
Normandie, Région parisienne, Île-de-France

Création et remplacement de couverture en chaume

S’il y a peu de créations de toitures chaume à l’heure actuelle, alors que ce matériau est pourtant le symbole même de la toiture écologique, c’est que les architectes ne la préconisent pas.

D’une part, ils n’en entendent quasiment pas parler au long de leur formation ; d’autre part, ils s’en méfient, car c’est le dernier métier qui ne répond à aucune norme ou DTU. Le seul document régissant la pose est intitulé « les prescriptions techniques du chaume », créé en septembre 1997 par Messieurs DUPARC et GERVOIS.

Il est possible de changer un toit d’ardoises ou de tuiles pour du chaume, à condition d’avoir une pente suffisante, celle-ci s’avérant le meilleur gage de longévité de la toiture chaume. La pente minimum est de 35° mais plus elle est élevée, mieux les eaux s’écoulent sur la toiture. Or, il est vital que la pluie glisse comme sur les plumes d’un canard sans rentrer dans le roseau, afin d’en éviter la putréfaction.

Si la pente est réduite au minimum, la longévité est diminuée de 40%.

Sur une toiture chaume, il est normal de refaire une zone de moindre pente (dessus de fenêtres) alors que les versants sont encore en bon état. La durée de vie d’un versant est directement liée à la pente.

Une toiture bien faite est une toiture qui répond à plusieurs exigences :

  • le choix d’un bon matériau, un roseau bien droit, mais également un roseau plus ou moins long, plus ou moins conique, choisi selon l’endroit de la charpente qu’il va recouvrir ;
  • l’intelligence de pose : consiste à exploiter le profil d’un roseau naturel, de taille, de conicité, de diamètre et de forme infiniment variables, afin que les ligatures soient profondément enfouies.

Il arrive que l’épaisseur apparente de la toiture ne soit qu’un leurre et qu’elle n’intègre pas les critères qui font sa longévité.

Par exemple, une épaisseur forte requiert un effort de serrage supplémentaire, dont bien des chaumiers se dispensent pour épargner leur énergie et produire un maximum de m2.

Un toit de chaume s’use. La partie apparente du roseau se désagrège très lentement et perd de l’épaisseur jusqu’à ce que les structures métalliques qui la maintiennent apparaissent, finissent par s’oxyder à l’air et se rompent. Ce processus met normalement plus d’une quarantaine d’années à s’accomplir.

LE PRIX : le mot « cher » désigne un mauvais rapport qualité-prix.

Il faut 1h30 pour réaliser un m2. Un coût attractif peut s’obtenir en bâclant le m2 en 40mn. N’espérez pas en ce cas avoir un toit qui vieillira comme le bon vin ; son entretien récurrent vous coûtera plus que l’économie réalisée.

Une toiture chaume demande du temps pour respecter l’intelligence de pose exposée précédemment.

Ces notions échappent totalement aux clients souvent profanes, ainsi qu’aux prestataires épris de rentabilité, qui ne privilégient que l’esthétique apparente du neuf pour séduire le client, au mépris de la qualité et donc de la longévité. La toiture chaume ne s’accorde d’aucune médiocrité.

Si votre budget est insuffisant pour rétribuer le temps nécessaire, ne croyez pas réaliser une affaire en achetant au moindre coût…

Si vous négociez en contraignant le chaumier à réduire son prix et donc sa marge bénéficiaire, dites-vous que l’ouvrage, étant réalisé après négociation, il faudra bien trouver l’économie correspondante au rabais accordé.

Que disent nos clients ?

Ida
Meudon - Hauts-de-Seine (92)
" Un chantier planifié au meilleur moment en août, un grand professionnalisme de toute l'... lire la suite
Marion et Jean-Michel
Le Mesnil-le-Roi - Yvelines (78)
" Une vraie passion et une expertise inégalée ! Notre toit de chaume a été rénové par Maxime, le... lire la suite
Michel
Paris - Île-de-France (75)
" Je remercie Mr Gervois pour son professionnalisme, ses précieux conseils, et aussi de m'... lire la suite